offshore-1280x553.jpg

2 octobre 2019par Thierry0

COMPTABILITÉ ILE MAURICE : NORMES COMPTABLES IFRS ET IAS

La tenue d’une comptabilité et la préparation d’états financiers sont autant une obligation légale qu’un moyen de suivre rigoureusement l’évolution de l’activité de toute entreprise. Les normes comptables en vigueur à Maurice sont les normes IFRS (International Financial Reporting Standards) et IAS (International Accounting Standards). Néanmoins, pour les besoins de cohérence d’informations ou en cas d’appartenance à un groupe français, il peut s’avérer utile ou parfois nécessaire de produire une seconde comptabilité conforme aux normes du PCG (Plan comptable général) afin de pouvoir intégrer les résultats de l’entité mauricienne aux chiffres de l’entité française.


mauritius-bank-1280x720.jpg

1 octobre 2019par Thierry0

La « Norme d’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers » ou EAI – Échange Automatique d’Informations : sous ces termes barbares se cachent la nouvelle arme de l’O.C.D.E. pour lutter contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent par l’échange automatisé. Le dispositif a été développé conjointement par l’OCDE, les pays du G20 et l’Union européenne.

Afin de parvenir à un accord validé par le plus important nombre de signataires possible, l’OCDE a dû transiger avec nombre de pays à fiscalité avantageuse (souvent désignés comme « paradis fiscaux ») et avec des pays européens minés par leur propre faiblesse.

Une Europe agrégat de « paradis » et d’« enfers » fiscaux :

Le continent européen est depuis des d’années son propre paradis fiscal avec pas moins de 5 pays proposant des montages d’optimisation :

–         l’Irlande (siège de nombres de géant du web dont Apple a récemment été mise en avant)

–         le Luxembourg, épinglé pour avoir passé des conventions fiscales avec les multinationales signée par le premier ministre Jean-Claude Juncker, aujourd’hui président de la Commission Européenne.

–         le Portugal (nouvel eldorado fiscal des retraités européens)

–         la Belgique (qui accueille les contribuables française)

–         les Pays-Bas (et ses fameux montages offshores « double hollandais »).

–         Trois territoires, non moins efficaces, s’ajoutent à cette liste prestigieuse liste: les principautés d’Andorre et de Monaco et la Suisse, dont le secret bancaire est longtemps resté inviolé.

Afin de convaincre un maximum de pays de renoncer à une partie de la manne financière représentée par l’optimisation fiscale, il a fallu parvenir à des arrangements ainsi qu’à une « norme commune en matière de déclaration et de diligence raisonnable ». Cet adjectif n’est pas anodin.


placement-financier-1280x543.jpg

1 octobre 2019par Thierry0

Il est désormais plus simple d’obtenir un permis de séjour ou de travail à l’Ile Maurice.

Ces mesures viennent d’entrer officiellement en vigueur :

Permis retraité : plus besoin de montrer 40.000$ au moment de la demande, puis 40.000$ par an. Il suffit désormais de montrer 2500$ (2100 euros) au dépôt du dossier, puis 30.000$ de flux entrant annuel. Même si cela n’est pas précisé, on peut penser que ces nouvelles conditions s’appliquent comme habituellement aux permis existants.

Permis investisseur. 3 catégories désormais au lieu d’une :

Permis classique : 100.000$ d’apport comme auparavant.

Permis « Innovateur » : si vous investissez dans la R&D ou dans un secteur reconnu comme innovant (il faut à minima investir chaque année 20% de son budget en R&D), l’apport initial demandé ne sera plus que de 40.000$ au lieu de 100.000$

Permis « High tech » : à parti du moment où vous importez à l’Ile Maurice du matériel considéré comme high tech (restera à définir à l’usage ce qui sera accepté), celui ci pourra rentrer pour 75% dans l’investissement initial et il ne sera désormais plus nécessaire d’apporter que 25.000$ en devises.

Pour obtenir votre permis, cliquez ici.